Les probables acheteurs de l’aéroport de Lyon

L’aéroport Lyon Saint-Exupéry, avec ses trois terminaux assurant des vols domestiques et internationaux et son grand parking sécurisé, est classé quatrième sur les 160 et quelques aéroports de France. Cette plateforme aéroportuaire est détenue à 60% par l’Etat, à 25 % par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Lyon, et à 15 % par les collectivités locales à savoir la métropole, le département et la région.

Au mois de mars, le Gouvernement a lancé un appel d’offre pour l’achat des parts qu’il détient de l’aéroport de Lyon.

Pourquoi vendre de l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry ?

Par cette vente, le Gouvernement envisage de renforcer ses caisses d’au moins 540 millions d’euros afin de valoriser la loi Macron qui dit que le portefeuille de participations de l’Etat doit être mis au service de la croissance et de l’activité.

Lyon-Saint-Exupéry, les perspectives d’avenir après-vente

Bien qu’il soit hissé au quatrième rang parmi ses homologues, l’aéroport Lyon Saint-Exupéry est en 47e position niveau européen avec un pourcentage de vols internationaux qui laisse à désirer.

Grâce à cette vente, les futurs projets de développement, avec la création de nouvelles lignes de vols internationaux, offrent des perspectives de développement économique très prometteuses, ce qui pourrait propulser l’aéroport Lyon-Saint-Exupéry parmi le top 10 des aéroports d’Europe.

Les acheteurs potentiels l’aéroport de Lyon

Les acheteurs motivés par l’acquisition de l’aéroport Lyon-Saint-Exupéry, devaient soumettre leurs offres d’achat à l’agence des participations de l’État avant le 12 mai.

Après le délai imparti, sept acquéreurs ont émergé :

– L’entreprise française Vinci Airports qui gère plusieurs aéroports à travers monde ;
– La société d’investissement Ardian, gestionnaire de 55 milliards de dollars d’actifs en Europe et ailleurs ;
– Meridiam Ferrovial Airports, l’alliance entre Meridiam, la société d’investissement française et Ferrovial, la branche aéroportuaire du leader espagnol ;
– La société d’investissement australienne IFM, détentrice de plus de 51 milliards de dollars d’actifs et constituée de plus 190 investisseurs institutionnels ;
– La société d’investissement australienne Macquarie Infrastructure and Real Assets, qui investit dans les domaines des transports, de la communication et des énergies ;
– Le groupe turc Limak Yatirim, expert dans les secteurs des énergies, des infrastructures et des transports ;
– Cube Infrastructures, l’actuelle gestionnaire de l’aéroport de Genève qui est idéalement situé à proximité de celle de Lyon-saint-Exupéry.

L’acheteur qui proposera la meilleure offre incluant les projets de développement du Parking aéroport Lyon Saint Exupéry, sera probablement le finaliste sur la liste.