Aujourd’hui, c’est la fête du déménagement au Canada

Chaque année, au Canada, entre 200.000 et 250.000 personnes déménagent le 1er juillet, l’expression « Fête », dans fête du déménagement n’est pas à prendre au sens propre du terme. En effet, il n’y a rien de particulièrement festif à propos de cette date, il s’agit juste d’une désignation commune que l’on a attribué à ce phénomène social.

Contexte historique

La tradition remonterait à l’époque d’après la guerre, les autorités religieuses, à savoir l’église catholique, s’était arrangée pour interdire les déménagements avant mai et ce, dans le souci de protéger les locataires contre de dures conditions hivernales.

Ce n’est qu’en 1974 que les Canadiens eurent droit à une réforme de la loi relative au déménagement et ce, afin d’éviter de perturber l’année scolaire puisque les enfants étaient souvent amenés à changer d’école deux mois avant la fin de l’année scolaire. La nouvelle loi disposait que les baux devraient désormais se terminer le 30 juin.

Cette loi n’est évidemment plus en vigueur, mais les traditions demeurent presque inchangées, 70% des baux arrivent à échéance lors de cette même date.

Certains problèmes issus de ce phénomène social

Cette fête nationale s’avère être très profitable pour les entreprises, à l’instar de Mazucco Déménagement Aix, dont l’activité est étroitement liée au déménagement des ménages, en effet, certains déménageurs réalisent, durant ces deux jours seulement, 30% de leurs chiffres d’affaire. Ce qui est formidable quand vous êtes déménageur, car ce sont manifestement les seuls à sembler y trouver une quelconque forme de profit.

Ces derniers profitent du fait que bon nombre de baux se terminent le 30 juin, louer un camion la journée du 1er juillet peut facilement coûter au-delà des 500$, par contre, la même opération ne vous coûtera quasiment rien une semaine avant ou après cette même date.

Ces déménagements massifs ont tendance à générer un nombre incroyable de déchets. En moyenne 60.000 tonnes d’ordures ménagères, d’objets encombrants, de résidus de construction, de rénovation et de démolitions résidentielles.

Un nombre important de locataires quittent leurs logements sans payer le mois de juin, une pratique encouragée par la non-obligation de payer un dépôt de garantie qui puisse couvrir les dommages et non paiements des loyers.

Avant de partir, voici un petit conseil pour ceux qui ont dépensé l’intégralité de leurs économies dans la location de ces camions, promenez-vous dans les quartiers un peu plus riches, vous devriez pouvoir vous meubler sans trop de soucis avec tout ce qui est abandonné sur les trottoirs.

Les commentaires sont fermés