À Gardanne, la mère de Valérie cherche toujours la vérité

Une étrange histoire : il y a 16 ans, Valérie Guigues était portée disparue. Il s’agit d’une histoire banale à première vue, mais dans ce cas, on n’a pas réussi à retrouver de traces ni de corps encore moins de pistes. Bref, aucun indice pouvant attester qu’elle est en vie ou pas. Un mystère épais comme du brouillard comme ceux que l’on peut voir sur les montagnes du Valais Suisse. D’ailleurs, c’est précisément à cet endroit que tout a démarré, car Valérie y est originaire. Elle faisait par la suite ses études à Marseille et Digne, une zone dans laquelle le nom de Guigues est très familier. C’est là qu’elle s’est installée à la fin de ses études en tant qu’infirmière. En août 1999, elle rencontra Francis Mougel, un professeur de mathématiques et amoureux de montagne. Le couple se sépara 5 mois plus tard, moment à partir duquel Valérie disparaît, de même que son compagnon.

Les hypothèses sont nombreuses

Accident, assassinat ou disparition volontaire ? Il faut dire que les hypothèses concernant cette disparition sont nombreuses. Les deux hypothèses de l’enlèvement et de l’assassinat furent rapidement abandonnées par les enquêteurs. On se penche alors sur celle de l’accident (une randonnée en montagne qui aurait peut-être mal tourné). L’hypothèse est plausible, mais loin de porter ses fruits, car l’ancien couple n’est toujours pas retrouvé. De plus, au niveau de l’entourage, les témoignages ne sont pas du tout convaincants. Au contraire, les proches Francis ont du mal à se dire que ce dernier aurait été absorbé par une crevasse. Ils estiment en plus qu’il y avait trop de neige ce jour-là pour sortir en montagne. Par ailleurs, on peut dire que la voiture est sans doute l’indice le plus troublant, car elle a été retrouvée dans un parking privé au pied de la montagne par un détective privé aix en Provence.

Une énigme à résoudre

Le plus troublant, c’est qu’au lendemain de leur disparition, la police avait fouillé ce même parking privé, mais la voiture n’y était pas. Devant le constat selon lequel toutes les affaires de montagne de Valérie étaient restées chez elles, l’hypothèse de l’accident a rapidement été écartée. C’est alors que les enquêteurs ont décidé de classer l’affaire, décidant par la suite de délivrer un certificat de décès à l’épouse de Francis afin de lui faciliter certaines démarches administratives. Quant à la Suisse, elle s’accroche à l’affaire depuis quelque temps.

Les commentaires sont fermés